Interview de M. Elmaleh

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Gad Elmaleh Index du Forum -> Divers sur Gad Elmaleh
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

achinoam1979



Inscrit le: 12 Juil 2007
Messages: 66

 MessagePosté le: Ven Aoû 03, 2007 8:13 am    Sujet du message: Interview de M. Elmaleh Répondre en citant Back to top

Interview de David Elmaleh, le père de Gad, par Michel Drucker pour l’émission Vivement Dimanche.

Michel Drucker : David Elmaleh, parlez-moi de Gad, de son enfance à Casa et des premiers spectacles auxquels il a assisté qui étaient les spectacles de son père car vous êtes artiste comédien professionnel.

David Elmaleh : Oui

M.D. : Quel était le type de spectacle que vous faisiez à l’époque ?

D.E. : A Casablanca nous avions monté une troupe de théâtre de bons amateurs et on montait des spectacles qui faisaient venir le tout Casablanca. On avait un succès formidable et Gad a grandi un peu dans cette ambiance, il s’est beaucoup inspiré de cela. Il était tout le temps curieux, il se disputait pour tirer les rideaux de la scène et souvent il se cachait même derrière le rideau pour observer le spectacle. Il enregistrait tout, il était très très attiré par tout cela.

M.D. : Racontez-moi quand il a quitté Casa et qu’il est parti en Amérique du Nord, il était très jeune (16 ans).
Cela n’a pas été difficile de laisser partir ce gamin si loin ?

D.E. : Cela a été très difficile mais en même temps pour nous c’était peut-être une solution au problème que nous avions à l’époque avec lui : il n’aimait pas l’école.
Puis à un moment donné, il y a eu une vague de départ de jeunes vers le Canada parce que pour la France c’était compliqué d’avoir les papiers. Et on a pensé que cela pouvait être la solution : l’éloignement de la maison, etc.
Et puis cela a marché, il a commencé à bien travailler, il a fait ce qu’on appelle là-bas le Cégep. Il a commencé à avoir des notes correctes, alors on a commencé à crier au miracle.
Mais au bout d’un certain temps il a tout stoppé, il m’a appelé et il m’a dit : « Papa, c’est du pipeau, moi ce que je veux c’est faire du théâtre. ». Et je me rappelle une phrase qu’il m’a dit et que je n’oublierai jamais :
« Ecoute, avec tout le respect que je te dois, j’ai pris une décision et sache que je ne vais pas attendre ta réponse ni ton accord. Je me suis inscrit au cours Florent à Paris, j’ai payé les 3 premiers mois de cours, je vais y aller et voilà, c’est décidé ! ». Et là il a démarré, il a tracé, on ne pouvait plus l’arrêter.

M.D. : Et cela a été rapide !

D.E. : Oui.

M.D. : Moi je me souviens au Palais des Glaces son premier spectacle, il m’a demandé de vous appeler. Je vous ai donc appelé à Casa vous et sa maman et il m’a dit : « Voilà, c’est bien que t’appelles mes parents parce qu’ils savent au moins que je suis déjà reconnu quelque part. ».

D.E. : Ca, c’est un moment unique pour nous : être à Casablanca à 2000 km et recevoir un appel de Michel Drucker de la loge où jouait mon fils, c’était un gros événement pour nous, vraiment on était très très touchés. C’était une étape pour nous, on s’est dit : « Ca y est, Gad est en train de faire du show pour de bon, ce n’est pas de la plaisanterie. ».

M.D. : Est-ce qu’il a réalisé votre rêve ?

D.E. : Complètement. Il a fait tout ce que j’avais envie de faire et tout, tout : le théâtre, le mime, le cinéma. Et puis lui et son autre frère aussi et sa sœur, à eux trois ils ont complètement effacé mes frustrations.

M.D. : Quel est votre rôle auprès de Gad maintenant ?

D.E. : Disons que moi je l’aide dans pas mal d’aspects techniques, enfin tout ce qui peut embêter un acteur : contrats, toute sorte de choses. Mais il accepte aussi, je pense qu’il a besoin des fois d’un certain regard, de mon regard, je crois que cela le rassure.
Je dois dire avant tout, avant le spectacle, avant le show, avant tout ce que vous voulez, c’est un super fils.


Retranscription de l'entretien enregistré pour l'émission "Vivement dimanche" du 10 décembre 2006.
 
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé

achinoam1979



Inscrit le: 12 Juil 2007
Messages: 66

 MessagePosté le: Lun Aoû 27, 2007 8:16 am    Sujet du message: Répondre en citant Back to top

Quelques mois auparvant (en novembre 2005), le magazine "Première" a publié un numéro dans lequel Gad jouait le rôle de rédacteur en chef.
Dans ce numéro spécial, on pouvait y lire aussi les propos de Mr David Elmaleh.


" Je me souviens de Gad la première fois qu’il monta sur scène, pour annoncer mes numéros, à la manière du mime Marceau, qui fut mon idole. Il avait 8 ans et un trac extraordinaire. Avec une poignée de copains issus de notre club de tennis et animés par la même envie de faire du show, mon épouse et moi montions alors des spectacles qui attiraient tout Casa. A 12 ans il se disputait avec les autres gosses pour ouvrir les rideaux. Et restait derrière pendant les représentations en proie à la fascination.

Je me souviens de Gad imitant chaque voisin de l’immeuble de six étages où habitait ma mère « Fais nous la voix du deuxième, du troisième, du quatrième, … » l’implorait-on lors des dîners familiaux. Chacune de ses sorties dans la rue lui inspirait un sketch. Il avait déjà un sens aigu du détail, celui que les autres ne remarquaient pas. Oui, il a eu cette flamme très tôt. Etait-ce dans ses gènes ? Etait-ce le fait de me voir sur scène ? Ses dons s’accroissaient. Il avait envie d’être le boute-en-train, le meneur. Moi, j’étais plus réservé.

Je me souviens avoir été désespéré par les notes de Gad au lycée. Je voulais obstinément qu’il ramène de bons bulletins. Je n’avais pas compris, et je me le reproche encore aujourd’hui, que mon fils était différent … Qu’il avait besoin d’au autre style de scolarité. Désormais son sérieux m’impressionne, sa dureté envers lui-même aussi. Il possède des qualités que je n’avais pas soupçonnées.

Je me souviens du jour où il m’a dit : « J’ai un job pour toi ». La gestion de sa maison de production, je n’y connaissais rien, j’ai tout découvert. Bien sûr, j’ai commis des bourdes, j’ai été parfois trop décontracté quand il fallait avoir peur. Ou bien le contraire j’aime qu’il me demande mon avis – il ne le fait pas tout le temps, j’aime qu’il teste auprès de moi une nouvelle idée, j’aime que nous analysions ensemble le déroulement de chaque soirée.

Je me souviens de la plus belle année de ma vie, jeune homme, dans un mouvement de jeunesse. On nous y enseignait tout ce qui touchait à l’art. J’avais des sérieuses dispositions pour le mime. Tout le monde m’en réclamait. Quand j’étais petit, par exemple, je pleurais pour faire du violon. Mon père m’a offert un harmonica. Après, le courage m’a probablement manqué. Le quotidien m’a rattrapé. Gad, son frère Arié et sa sœur Judith font ce que j’aurais rêvé d’accomplir. Ils ont éteint ma grande frustration."
 
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Gad Elmaleh Index du Forum -> Divers sur Gad Elmaleh Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum